UA: LES PRÉSIDENTS FELIX ANTOINE TSHISEKEDI TSHILOMBO ET ABDEL FATTAH AL SISI POUR UNE SOLUTION CONCERTÉE SUR LE BARRAGE DE RENAISSANCE

LES PRÉSIDENTS FELIX ANTOINE TSHISEKEDI TSHILOMBO ET ABDEL FATTAH AL SISI POUR UNE SOLUTION CONCERTÉE SUR LE BARRAGE DE RENAISSANCE

C’est à 16h40 locales que l’avion Présidentiel de la République Démocratique du Congo s’est posé sur le tarmac de l’aéroport international de cairo.

En provenance de Khartoum, le Président en Exercice de l’Union Africaine est venu poursuivre le travail de facilitation qu’il a entamé depuis Kinshasa afin de trouver un compromis sur la question du barrage de la Renaissance dont les travaux sont arrivés en phase finale.

Contrairement à ses habitudes, le Président de la République d’Égypte Abdel Fattah Al SISI a fait le déplacement de l’aéroport du Caire pour accueillir son hôte de marque, président de l’institution panafricaine.

Pour marquer cet instant solennel, une parade d’honneur a été organisée au terminal présidentiel du Caire.

Au salon présidentiel de cairo, les deux personnalités se sont retirés pendant une vingtaine de minutes, avant de se rendre au palais présidentiel Helliopolis lieu prévu pour les pourparlers.

A l’esplanade du palais présidentiel, les deux personnalités ont posé pour la postérité avant d’entammer les échanges proprement dits.

Devant la presse congolaise et égyptienne,
Le Président égyptien Abdel Fattah al sisi n’a pas caché son admiration et respect au leadership panafricain du président Felix Antoine Tshisekedi Tshilombo totalement impliqué dans une démarche concilliante des parties.

Dans son rôle de facilitateur , le président Félix a réaffirmé son engagement d’aboutir à un règlement complet et définitif, pouvant ouvrir une nouvelle page de coopération entre les trois pays voisins du bassin du Nil.

Comme à Khartoum, le Chef de l’Etat a échangé dans un premier temps en tête-à-tête avec son homologue égyptien avant d’élargir le cercle des discussions avec les ministres des affaires étrangères et les ministres sectoriels concernés par la gestion des eaux et de l’environnement.

Les discussions du Caire n’ont pas donné lieu à une communication publique car les mêmes échanges auront lieu avec les autorités ethiopiennes.

En attendant une solution coulée sous forme juridique, les interlocuteurs du président de l’UA s’accordent à reconnaître que le dialogue direct reste le seul moyen de parvenir à une solution idoine autour de la question du barrage de Renaissance.

Depuis la tripartite de Kinshasa, le Président Felix Antoine Tshisekedi Tshilombo n’a cessé de rappeler que le barrage de la renaissance en tant que grand projet intégrateur ne doit pas être source de malheur mais au contraire il devrait servir de modèle dans le cadre de la zone de libre échange continentale Africaine voulue par les dirigeants africains.

Juste après la séance de travail, le Cortège présidentiel S’est dirigé au palais Royal Qobba , l’un des palais égyptiens réservés aux hôtes de marque de l’Etat égyptien.

Après le Caire, le Président de l’Union Africaine devrait mettre le cap vers Addis-Abeba, dernière étape dans le cadre de la tournée concacree au dossier du barrage de la Renaissance construit sur le Nil bleu, principale affluent du fleuve Nil.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *