Connect with us

Hi, what are you looking for?

Brèves :

A la Une

Mali : L’ambassadeur de France expulsé par la junte militaire

Nouvelle escalade de la brouille entre Bamako et Paris. Les autorités maliennes, dominées par les militaires, ont décidé d’expulser l’ambassadeur de France en poste depuis 2018, a annoncé lundi 31 janvier la télévision d’État.

« Le gouvernement de la République du Mali informe l’opinion nationale et internationale que ce jour (…) l’ambassadeur de France à Bamako, son excellence Joël Meyer, a été convoqué par le ministre des Affaires étrangères et de la coopération internationale (et) qu’il lui a été notifié la décision du gouvernement qui l’invite à quitter le territoire national dans un délai de 72 heures », a annoncé un communiqué lu par la télévision d’État.

Les autorités maliennes ont justifié cette décision par les « propos hostiles et outragés du ministre français de l’Europe et des Affaires étrangères tenus récemment » et « la récurrence de tels propos par les autorités françaises à l’égard des autorités maliennes en dépit des protestations maintes fois élevées ».

La France « prend note » de l’expulsion de son ambassadeur au Mali, a répondu quelques heures plus tard le ministère français des Affaires étrangères, rappelant sa solidarité à l’égard de ses partenaires européens et son engagement à poursuivre la lutte antiterroriste.

« La France prend note de la décision des autorités de transition (maliennes) de mettre fin à la mission de l’ambassadeur de France au Mali. En réaction, la France a décidé de rappeler son ambassadeur », a indiqué le Quai d’Orsay.

Paris exprime aussi « sa solidarité vis-à-vis de ses partenaires européens, en particulier du Danemark », dont le contingent vient d’être expulsé par la junte au pouvoir à Bamako.

Les critiques de Paris contre les autorités de transition

Le ministère malien des Affaires étrangères avait annoncé au même moment sur Twitter avoir convoqué l’ambassadeur de France pour qu’il s’explique sur des critiques de Paris contre les autorités de transition.

Advertisement. Scroll to continue reading.

La ministre française des Armées Florence Parly avait déclaré le 25 janvier que la junte multipliait « les provocations ». Son collègue français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian a, deux jours après, qualifié la junte d’ »illégitime » et ses décisions d’ »irresponsables », après que les autorités maliennes eurent poussé le Danemark à retirer son contingent de forces spéciales.

Le ministre malien des Affaires étrangères Abdoulaye Diop, quant à lui, avait prévenu vendredi que son pays n’excluait « rien » dans ses relations avec la France.

Cette convocation marque un nouveau durcissement des tensions entre le Mali et la France, l’ancienne puissance coloniale engagée militairement au Mali et au Sahel depuis 2013. Les relations n’ont cessé de se détériorer depuis que des colonels ont pris par la force en août 2020 la tête de ce pays plongé depuis 2012 dans une profonde crise sécuritaire et politique.

Avec AFP

Journée internationale de la francophonie

Vous aimerez aussi ces articles

A la Une

En République Démocratique du Congo, la Radio Télévision Nationale Congolaise (RTNC) entre dans une nouvelle ère de son histoire avec son média en ligne...

A la Une

Au cours d’un entretien avec la presse, Madame Tina Salama, porte-parole adjointe du chef de l’Etat, a tenu à rappeler aux groupes armés qui...

Energétique

Les équipes de la société nationale d’électricité, (SNEL), déployées au barrage Inga 2 pour les travaux de maintenance ont terminé le tronçonnage et l’évacuation...

Sports

Les Légendes du FC Barcelone et ceux des Léopards de la RDC vont livrer un match ce dimanche 12 novembre 2023 au stade des...