20 septembre 2021

Etat de siège /Béni : F Tshisekedi aux forces vives de Beni « J’ai été élu pour ramener la paix dans cette province »

Etat de siège /Béni : F Tshisekedi aux forces vives de Beni  « J’ai été élu pour ramener la paix dans cette province »

:Le chef de l’État congolais Félix Antoine Tshisekedi  a au cours d’une audience accordée aux représentants des forces vives  de la population de  Béni dans le Nord Kivu , tenue à rassurer toute la population du Nord-Kivu et de l’Ituri   que les opérations menées sur terrain par les Forces Armées de la République Démocratique du Congo en cette période d’état de siège, vont bientôt passer à la vitesse  supérieure. Une  rencontre relayée en direct sur la télévision publique. Selon le commandant suprême de l’armée congolaise, toutes les dispositions sont déjà prises pour que les forces loyalistes parviennent à anéantir ces groupes armés qui endeuillent les deux provinces : « Il fallait un gouverneur militaire, de probité avérée avec une expérience éprouvée, pour traquer les malfrats, ainsi se justifie l’état de siège. Ce n’est donc pas une punition pour la population, l’état de siège! Je suis étonné que cet état de siège soit combattu par certains congolais, et même par certains habitants de cette région, il y’a des compatriotes qui veulent que les violences continuent, c’est étrange

Je vous dis, votre armée, notre armée nationale va monter en puissance de plus en plus dans les jours, les semaines et les mois à venir, grâce justement à cette décision . » Et d’ajouter que :« J’ai été élu pour ramener la paix dans cette province, d’ailleurs votre région est à ce jour la plus visitée par moi depuis mon arrivée au pouvoir, comprenez bien que je suis au courant de beaucoup de choses.Je suis un civil, l’armée est toute une institution complexe.

J’ai pris du temps pour comprendre moi-même cette armée, et là j’ai toutes les cartes en mains.Voilà pourquoi j’ai nommé un général à la retraite comme ministre de La Défense, et je connais maintenant cette armée.

Cette armée va mettre fin cette fois-ci à l’insécurité, ce n’est même plus une promesse, mais UNE QUESTION DE TEMPS! « Par ces déclarations, Le président de la république a tenu à mettre en exergue ,  la détermination de FARDC dans cette action qui vise à dérouter toutes les forces du mal .  En abordant la question des groupes armées internes, Félix Antoine Tshisekedi atteste   Que  pour : « Les groupes armés locaux, qui sont nos propres compatriotes, nous disposons déjà d’un montant de 50 millions $ de la BM pour le DDRS pour ces compatriotes désespérés, qui doivent abandonner ces groupes. » Pour cela , il  a évoque l’instauration d’ une justice transitionnelle « pour faciliter cette réinsertion, nous devons avancer et tirer un trait sur tout le passé sale, peu glorieux. Et aussi  pour réparer les blessures et favoriser la réinsertion ». Il mesure  pour autant la portée  de cette importante action :« Je sais que c’est difficile, mais notre pays doit avancer. Ce n’est que comme ça qu’on va développer notre pays », a rassuré le garant de la nation .

Les élèves de Beni ont pris la parole, pour fustiger , disent -ils , cette  l’insécurité qui  influe sur leur situation éducationnelle.

L’insécurité a poussé plusieurs élèves à se rallier aux groupes armés : les filles sont utilisées comme esclaves sexuelles, et les garçons font la cuisine et l’espionnage dans la ville.

Cette incapacité de vivre correctement a amené ces enfants à être la proie des groupes armés: »« Veuillez-nous ramener la paix dans notre ville, voici le cri des enfants de Beni »La gorge nouée par cette déclaration saisissante du porte-parole des enfants de Beni, s’est confondu en excuses, en soupirant:« Chers enfants, je suis ému par votre message.Je ne vous abandonnerai pas. Pardon pour les violences exercées sur les enfants Je n’étais même pas au courant de tout ça… », Tshisekedi  Tshilombo a informé que des enquêtes vont se faire  à  ce propos:

« La guerre est asymétrique, et je suis écœuré que des enfants y participent. « 

En réponse aux desiderata des jeunes , le chef de l’état assure : « Je suis d’accord avec le porte-parole des jeunes, il faut sensibiliser justement les jeunes pour qu’ils aident nos militaires et participent au succès de cet état de siège. Et dès que les résultats seront obtenus, le gouverneur et son adjoint seront appelés à d’autres missions et le gouverneur qui faisait fonction avant, Carly Kasivita, va reprendre avec sa mission normalement telle que dévolue dans la constitution » La société civile  de Béni a , elle , recommandée que le chef de l’Etat puisse nommer un coordonnateur indépendant qui puisse faire le relais entre les forces armées au front et la société civile. que ce coordonnateur indépendant puisse lui communiquer les vraies informations de terrain, car les opérations militaires sont parfois bafouées par certains officiers.la réponse du commandant suprême de l’armée à eté on ne peut plus claire :« Les militaires ont peut-être causé certaines fautes dans le passé, mais c’est parce qu’ils étaient négligés. C’est fini. »le président a félicité la bravoure de la population face à toute les épreuves traversées : « Malgré les difficultés que vous traversez, vous êtes un peuple travailleur, qui m’épate toujours par les initiatives chaque fois que je viens ici, voilà pourquoi je dois vous accompagner, vous êtes un peuple extraordinaire. » En expliquant que la coopération avec les pays frontaliers fait partie aussi des mécanismes d’instauration d’une paix durable :« S’agissant de l’intégration, j’ai changé des paradigmes dès que je suis arrivé au pouvoir. Je suis allé au Rwanda, Ouganda, Burundi et dans la région pour créer des passerelles avec tous ces pays que les congolais considéraient comme des ennemis, nous ne devons pas communiquer cette haine aux générations futures.

Voilà pourquoi nous avons des programmes communs, tel est le sens de la route Beni-Kasindi vers l’est de l’Afrique que nous avons lancé hier avec Yoweri Museveni, et nous allons bénéficier des avantages fiscaux.»

Les nouvelles mesures barrières dues à la 3ème vague du Covid 19 sont à la base de la non tenue du meeting populaire à la place publique de  la ville de Béni . le chef de l’Etat  l’a soulevé dans son mot de la fin:« Je remercie les autorités locales et coutumières pour cet accueil. Nous n’avons pas pu tenir le meeting populaire, à cause de la recrudescence du Covid 19. D’ailleurs, j’ai nommé un administrateur qui devait venir ici, mais il vient de mourir à Kin avant même de venir. Je viens de perdre aussi le coordonnateur de la Cellule du climat des affaires à la présidence, du Covid. Et je devais venir avec deux généraux dans ma délégation, mais ils ont été testés positifs. »

Gudule Bwalya  Rtncweb

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *