Connect with us

Hi, what are you looking for?

Brèves :

A la Une

Affaire François Beya : « Les enquêteurs disposent d’indices sérieux attestant d’agissements contre la sécurité nationale » (Présidence)

Trêve de spéculation. La Présidence a enfin réagi au sujet de l’arrestation du Conseiller spécial du chef de l’État en matière de sécurité François Beya.

A travers un message lu au cours du journal de 20 heures de la Radio Télévision Nationale Congolaise ( RTNC), le porte-parole du chef de l’Etat, Kasongo Mwema a affirmé qu’il s’agit d’une affaire relevant de la sûreté de l’État.

« Il s’agit d’une affaire relevant de la sûreté de l’Etat. Une matière de ce genre est de la compétence exclusive de l’Agence nationale des renseignements (ANR). Il n’est pas dans les habitudes de ce service de communiquer sur ses activités. Toutefois, dans l’état actuel des choses, on peut affirmer que les enquêteurs disposent d’indices sérieux attestant d’agissements contre la sécurité nationale », a-t-il déclaré.

La Présidence de la République appelle ainsi la population congolaise de manière générale à la vigilance et à éviter de donner du crédit aux spéculations diffusées dans certains médias et sur les réseaux sociaux.

« Les enquêtes se poursuivent et les investigations s’effectuent à différents niveaux. S’il s’avère nécessaire de communiquer davantage, le gouvernement de la République s’en chargera. En attendant, la Présidence de la République invite la population à la vigilance et à éviter de donner du crédit aux spéculations mensongères diffusées par les personnes mal intentionnées dans les médias et sur les réseaux sociaux », a indiqué Kasongo Mwema.

Avant de clôre son propos, le porte-parole du chef de l’État a tenu à préciser qu’il est hors de question de mettre des considérations tribales, claniques ou régionales dans cette affaire.

« Les indices sont suffisamment sérieux et ne peuvent donnent matière à d’autres considérations de nature ou de type tribal, clanique ou régional. Le processus démocratique amorcé dans notre pays par la première passation pacifique du pouvoir en janvier 2019 est un acquis à préserver à tout prix. Aucune tentative de déstabilisation de nos institutions démocratiques ne sera tolérée. De ce fait, en attendant les enquêtes, nous demandons à la population de garder son calme et de vaquer sereinement à ses activités quotidiennes. La situation est sous contrôle », a-t-il conclu.

Rappelons que le conseiller en charge de sécurité du chef de l’État, François Beya est interpellé dans les locaux de l’ANR depuis le samedi 5 février dernier.

Advertisement. Scroll to continue reading.

Journée internationale de la francophonie

Vous aimerez aussi ces articles

A la Une

En République Démocratique du Congo, la Radio Télévision Nationale Congolaise (RTNC) entre dans une nouvelle ère de son histoire avec son média en ligne...

A la Une

Au cours d’un entretien avec la presse, Madame Tina Salama, porte-parole adjointe du chef de l’Etat, a tenu à rappeler aux groupes armés qui...

Energétique

Les équipes de la société nationale d’électricité, (SNEL), déployées au barrage Inga 2 pour les travaux de maintenance ont terminé le tronçonnage et l’évacuation...

Sports

Les Légendes du FC Barcelone et ceux des Léopards de la RDC vont livrer un match ce dimanche 12 novembre 2023 au stade des...