19 septembre 2020

Le Président  de la République, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo, a réitéré son engagement à s’impliquer personnellement dans la réussite des partenariats techniques et financiers dans le secteur numérique , au cours de la cérémonie du lancement de la 1ère édition  des rencontres sur E_DRC 2020, organisée mercredi, Pull man hôtel, à Kinshasa.

Axé sur le thème «Inves­tir dans le numérique en République Démocratique du Congo», cette rencontre, a dit le Chef de l’Etat,  offre une opportunité de réfléchir sur les actions de la mise en oeuvre du plan numérique à l’horizon 2025 issu de sa vision qu’il avait déjà validé.

Il a, à cet effet, salué l’initiative du ministre en charge des PTNTIC avant de  l’inviter à maintenir un cadre ouvert de discussion et de partenariat avec les investisseurs du secteur privé.

Au regard du caractère transversal du secteur des PTNTIC, il a encouragé les différents ministères, services et organes publics à ne ménager aucun effort pour accompagner la matérialisation du programme du gouvernement au sein duquel se situe le projet du ministre en charge des PTNIC.

En vue de palier le déficit constaté dans ce secteur et rattrapé le retard, le Chef de l’Etat a exprimé la nécessité pour l’Etat congolais,  d’être innovateur dans son approche pour la mobilisation des ressources nécessaires y afférentes.

Pour ce faire, a-t-il ajouté,  la consolidation des infrastructures de base existantes en vue de leur expansion sur le territoire national, l’appui au processus de dématérialisation de l’administration publique, l’augmentation du taux d’intégration financière de nos populations et tous les autres sujets connexes, devraient régulièrement faire l’objet de réflexions poussées, à l’occasion de ces rencontres.

Dans un bref historique des télécommunications, le Président de la République  a fait savoir que la RDC est entrée dans l’histoire mondiale des télécommunications, notamment par  l’établissement du premier réseau de télécommunications par satellite en Afrique (REZATELSAT) devenu aujourd’hui RENATELSAT) avec une cinquantaine de sites parsemés sur le territoire national, ainsi que par le lancement de l’un des premiers réseaux de téléphonie mobile dans le monde, entrainant ainsi la dérégulation du marché et la tombée du monopole naturel de l’État dans le secteur sur le continent.

Toutefois, a-t-il fait savoir, par manque de politique d’investissement systématique dans les plates-formes ainsi acquises, la RDC accusera plus tard un retard considérable dans le déploiement des infrastructures nécessaires au développement du secteur. ACP

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *