Quadripartite de Gatuna : signature du traité d’extradition des prisonniers entre le Rwanda et l’Ouganda

Quadripartite de Gatuna : signature du traité d’extradition des prisonniers entre le Rwanda et l’Ouganda

Quadripartite de Gatuna : signature du traité d’extradition des prisonniers entre le Rwanda et l’Ouganda

Le Rwanda et l’Ouganda, ont signé vendredi,  le traité d’extradition des prisonniers des deux pays, à l’issue du 4ème Sommet quadripartite  tenu vendredi à Gatuna et auquel ont pris les Présidents Paul Kagame du Rwanda, Yoweri Museveni de l’Ouganda, Joao Lourenco de l’Angola  et Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo de la RDC.

Selon la presse présidentielle de la RDC,  ce traité qui a été signé  par  Sam Kutesa et Vincent Biruta respectivement ministres des affaires étrangères de l’Ouganda et du Rwanda, est la base juridique  pour le traitement  des contentieux liés  aux accusations mutuelles d’actions subversives et devrait formaliser l’échange des prisonniers entre les deux pays.

Dans le communiqué  final ayant sanctionné  le sommet  de Gatuna, les quatre  Chefs d’État ont salué les progrès accomplis  depuis leur dernière  réunion, en ce qui concerne l’engagement des deux parties à  faire tout leur possible pour éliminer les facteurs de tensions avant de se féliciter de la libération des prisonniers entre les deux protagonistes.

La signature de ce traité constitue une énième avancée significative  dans la décrispation de la tension entre Kigali et Kampala sur pied de guerre depuis plus d’une année.

A propos de la réouverture solennelle de la frontière de Gatuna, principal point du commerce transfrontalier entre le Rwanda et  l’Ouganda, elle devrait intervenir au cours d’un autre sommet quadripartite prévu également à Gatuna.

En attendant, le sommet a recommandé à l’Ouganda de vérifier  les allégations du Rwanda au sujet des actions provenant  de son territoire perpétrés par les forces hostiles  au gouvernement de Kigali et si elles sont avérées les éliminer.

Une fois cette recommandation remplie et communiquée aux Chefs d’Etat, les facilitateurs conviendront, dans un délai de 15 jours, de la tenue d’un  sommet quadripartite à Gatuna/Katune pour la cérémonie.

Cette action doit être vérifiée et confirmée par la commission ministérielle ad-hoc pour la mise en œuvre du mémorandum d’entente de Luanda.

A l’issue de cette rencontre, les quatre Chefs d’État ont traversé à  pied la frontière ougando-rwandaise fermée depuis plus d’un an, symbole  de la rupture des relations économiques entre les deux  pays.

Deux tentes érigées en milieu de route ont servi de cadre à  la quadripartite du poste frontalier  de Gatuna. La première, située  du côté  ougandais a servi de cadre d’un échange à huis entre les quatre Chefs d’État. La deuxième tente montée  du côté  rwandais a servi pour la signature du traité d’extradition.

Le Président Félix Antoine Tshisekedi et son homologue  Joao Lourenco  proposent leurs bons offices depuis mars 2019 afin de normaliser les relations entre les deux Etats.

La médiation a déjà enregistré beaucoup de résultats positifs notamment la rencontre à plusieurs reprises entre les deux voisins protagonistes, la signature d’un mémorandum d’entente, la réouverture des frontières  fermées et aujourd’hui la signature du traité d’extradition des prisonniers.

A son arrivée à l’aéroport de Kigali, le Chef de l’Etat congolais a été accueilli par le ministre rwandais des Affaires étrangères Sam Kutesa. ACP

rtnc-admin

Leave a Reply

Close