Le Président Félix Tshisekedi appelle au soutien de la population pour inverser la courbe de la pauvreté

Le Président Félix Tshisekedi appelle au soutien de la population pour inverser la courbe de la pauvreté

Le Président Félix Tshisekedi appelle au soutien de la population pour inverser la courbe de la pauvreté

Le Président de la République, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo, a appelé  au soutien de la population pour inverser la courbe de la pauvreté, dans son allocution en marge du  lancement, mercredi, du Programme présidentiel accéléré de lutte contre la pauvreté et les inégalités (PPALPI) dans le site touristique Africa Parck Aventure ex-Lac de ma vallée, à Kimwenza, dans la commune de Mont Ngafula.

« J’en appelle au  soutien de la population pour inverser la courbe de la pauvreté en transformant les potentiels du pays en richesse au service de tous », a déclaré le Chef de l’Etat, ajoutant que «  L’extrême pauvreté de notre peuple n’est pas une fatalité. Elle n’est pas non plus une malédiction ou un mauvais sort qui nous serait jeté ».

Il a insisté sur la participation de tous pour éviter les erreurs du passé, soulignant que la plus grave du passé était que seul le pouvoir public définissait les projets, les gérait à partir de Kinshasa, et souvent les détournait de leur destination initiale.

« Ma détermination est ferme, mais le succès ne sera au rendez-vous qu’avec l’implication de tous mes compatriotes au-delà des clivages politiques », a-t-il soutenu.

Le PPALPI vise à faire sortir 20 millions des Congolais de l’extrême pauvreté dans 5 ans

Parlant des objectifs de ce programme, le Chef de l’Etat a fait savoir qu’il vise, d’une manière concrète, à ce que 20 millions des Congolais vivant en milieux rural et péri urbain dans les 145 territoires de la RDC quittent l’extrême pauvreté dans les cinq prochaines années.

Ce programme a également pour objectif de combattre le caractère multidimensionnel de la pauvreté qui « frappe près de 63% de Congolais, essentiellement ceux vivant en milieux ruraux et périurbains.

145 territoires et 40 communes du pays au total, sont concernés par le Programme présidentiel accéléré de lutte contre la pauvreté et les inégalités.

Ce Programme, a expliqué le Chef de l’Etat, doit être compris comme l’une des initiatives phares du programme du gouvernement pour le quinquennat avant d’affirmer qu’il exige un financement ambitieux sur plusieurs années.

Ce programme, a-t-il précisé,  comprend trois composantes, notamment l’amélioration de l’accès des populations rurales et péri urbaines aux infrastructures et service socio-économique de base, notamment l’habitat, l’électricité, l’eau potable, la santé et les pistes de desserte agricole, le développement des filières économiques locales, rentables et durables, ainsi que le renforcement des compétences managériales des bénéficiaires du programme.

Il comprend également la promotion des économies rurales et péri urbaines, notamment la promotion des filières agricoles inclusives et le renforcement des capacités en gestion axée sur les résultats de développement au niveau national, provincial et local.

Pour lui, ce programme qu’il a qualifié d’ambitieux, se mettra à travers différents canaux dont le Fonds social de la République.

« Ce programme n’a pas vocation à se substituer aux différents programmes et projets existants, il  vise simplement à réduire les inégalités et à permettre l’accélération là où les programmes traditionnels apportent les résultats plus longs », a dit le Président Félix Tshisekedi.

Le lancement de ce programme présidentiel coïncide avec la célébration de la journée mondiale de l’alimentation et de l’élimination de la Pauvreté.

Le Président de la République a, à cet effet,  émis le vœu de voir que l’an prochain qu’on se retrouve lors de la journée internationale de l’élimination de la pauvreté pour évaluer les progrès réalisés et projeter la suite, a-t-il conclu.

Le Chef de l’Etat, qui s’est dit rassuré que le gouvernement partage cette vision pour soulager la population de cette misère devenue chronique, l’a appelé à n’aménager aucun effort pour explorer toutes les voies possibles susceptibles de lui donner les moyens.

« Ceci nous donnera les moyens nécessaires pour enrayer ces inégalités et instaurer ainsi la justice sociale pour nos concitoyens », a-t-il dit, rappelant que c’est dans cette optique que le dernier Conseil des ministres a adopté l’hypothèse d’un budget qui atteint la barre de 10 milliards USD.

Le Président de la République a également engagé les provinces dans ce programme qui met l’amélioration de l’homme au centre de leurs actions de façon à offrir les meilleures conditions de vie dans les milieux ruraux.

Il a affirmé que l’initiative visant l’émulation des gouvernements provinciaux, était prise à travers un mécanisme d’évaluation régulière des provinces en fonction de leur performance et leur capacité de répondre aux besoins de base de leurs populations.

Le PPALCPI repose sur  3 axes à savoir, l’amélioration de l’accès des populations aux services sociaux de base, le développement des filières économiques locales, rentables et durables, ainsi que le renforcement des compétences managériales des bénéficiaires du programme.

La RDC, rappelle-t-on,  est parmi les pays les plus pauvres de la planète. Elle est également parmi les plus vulnérables au revenu annuel par habitant (410 USD), au taux de pauvreté (70%), à l’insécurité alimentaire (76% de la population), etc.

Le projet de société du Président de la République est bâti sur la vision  « le peuple d’abord ». Ce qui implique de privilégier les dépenses qui bénéficient avant tout aux masses populaires.

Environ 13 millions de Congolais vivent dans une insécurité alimentaire extrême, dont 5 millions d’enfants. Les évaluations en cours montrent que la tendance à l’aggravation de l’insécurité alimentaire se poursuit, indique un rapport de Programme alimentaire mondial (PAM).

Le Chef de l’Etat déterminé à réhabiliter la route de Kimwenza  

Par ailleurs, le Président de la République, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo, a, par la même occasion, exprimé sa détermination à réhabiliter la route de Kimwenza, dans un bref délai,  en réponse aux doléances lui adressées la veille par la population de cette partie de la ville de Kinshasa qui lui a demandé la réalisation des quelques infrastructures notamment, la construction d’un pont sur la rivière Lukaya, d’une école primaire et l’adjudication de la cité de  Kimwenza en eau potable…

Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo s’est engagé à construire un pont sur la rivière Lukaya et la réhabilitation de la route de Kimwenza.

S’agissant d’autres doléances, le Chef de l’Etat a fait savoir  qu’elles seront prises en charge par le gouvernement dans le cadre de son programme.

Il y a lieu de noter que la route de Kimwenza va de l’avenue By pass jusqu’à la gare de Kimwenza en passant par le campus de l’Université de Kinshasa.

Nécessité d’une justice distributive pour remédier à la pauvreté et aux inégalités en RDC

Par ailleurs, le gouverneur de la ville de Kinshasa, Gentiny Ngobila Mbaka, a, dans son mot de circonstance, souligné la nécessité de concrétiser une justice distributive afin de remédier à la pauvreté et aux inégalités en RDC.

Selon lui, pour remédier à la pauvreté et aux inégalités, les obligations doivent se pencher sur la distribution équitable des ressources naturelles,  lesquelles impliquent un traitement salarial décent, une couverture médicale appropriée, une promotion de valeur ainsi qu’une autosuffisance  à porter à tous les Congolais.

Le lancement de ce Programme présidentiel accéléré de lutte contre la pauvreté et les inégalités  (PPALPI) revêt d’une portée emblématique qui constitue le cheval de bataill propre à intriguer cette convention peu recommandable qui ne met pas les Congolais dans le même diapason que les citoyens des autres Etats et des sous régions de l’Afrique.

« Notre pays regorge d’énormes potentiels pour que nous puissions vivre mieux et atteindre certains niveaux d’émergence », a-t-il ajouté, avant de définir l’égalité des citoyens comme une obligation qui s’impose à tout le monde, recommandée dans la Déclaration universelle des droits de l’homme du 08 décembre 1940.

Gentiny Ngobila a loué l’initiative du Chef de l’Etat qui cadre avec sa vision de placer les Congolais au centre de ses préoccupations durant son quinquennat, avant d’inviter les décideurs tant provinciaux que nationaux à s’approprier cette lutte contre la pauvreté.

ACP/

rtnc-admin

Leave a Reply

Close