MOKIA GABRIEL HUE PAR LES MILITANTS DU RASSEMBLEMENT DEVANT LA COUR SUPREME

MOKIA GABRIEL HUE PAR LES MILITANTS DU RASSEMBLEMENT DEVANT LA COUR SUPREME

Gabriel Mokia a été sérieusement  conspué  par la foule ce mercredi 28 à la Cour suprême de justice (CSJ) alors qu’il venait  assister au procès en flagrance du député  Franck Diongo. Entre 12 heures et 13 heures,  alors qu’il s’avançait d’un pas assuré vers la salle d’audience, Gabriel Mokia a  été  stoppé  net par une horde de gens venue  assister  Franck  Diongo.

  1. À l’entrée de la Cour,  le trublion  Mokia a  été hué notamment par les militants  du MLP ( le parti  de Diongo), et par les membres du Rassemblement, venus nombreux soutenir le président  du MLP.
    La pluie d’insultes  s’est tellement  abattue sur lui  que Mokia  a perdu son sang-froid jusqu’à vouloir  en venir aux mains avec la foule. Une folie, il aurait été massacré !
    Il n’a pas supporté  qu’on le qualifie notamment de « traître « . En effet,  la foule scandait « Mokia traître ».
    À  son tour Mokia  a  commencé aussi à insulter les partisans  de Diongo.
    « C’est le Rassemblement  qui est traître », a  aussi lancé  Mokia  à  la foule.
    Ce  qui a, bien  entendu, envenimé la situation.
    Les insultes  ont redoublé  d’intensité contre lui. La décence ne m’autorise pas à  les répéter ici. Vous pouvez aisément les deviner.
    Poussant le ridicule jusqu’au  bout,  Mokia  s’est avancé  vers la foule pour y lancer des coups, avant  d’être  retenu  par un garde du corps de Diongo.
    Un épisode qui rappelle  le pugilat en direct face à Yuluma  sur un plateau  de télévision et qui l’avait conduit  en prison.
    Conduit à sa jeep  blanche, Mokia  est entré , puis quelques minutes  après est encore redescendu  pour en découdre avec la foule.
    Une fois encore, il a été maîtrisé  par quelques proches de Diongo et par la sécurité et reconduit à son véhicule.
    Personae  non  grata à  la Cour  Suprême de  Justice, Gabriel Mokia n’a  donc pas pu  assister l’élu  de la Lukunga.
    Le désamour  avec  les Kinois  semble  définitivement consommé. Alors qu’il  était encore leur chouchou  pour ses diatribes à  deux balles anti-pouvoir.

Eddy TSHIALA

Laissez un commentaire

Close