46,7 millions d’USD de la BCC vendus aux importateurs des produits de première nécessité

46,7 millions d’USD de la BCC vendus aux importateurs des produits de première nécessité

46,7 millions d’USD de la BCC vendus aux importateurs des produits de première nécessité

La Banque centrale du Congo (BCC), a vendu aux importateurs des produits de première nécessité, des devises d’un montant de 46,7 millions de USD en date du 04 novembre de l’année en cours, en vue d’amortir les pressions sur le taux de change, en cette période des festivité de fin d’année, a appris l’ACP lundi de cette institution financière.

Selon la source, cette injection des liquidités vise à faciliter l’approvisionnement du pays en produits de première nécessité, contribuant ainsi à l’amélioration de l’offre de la devise sur le marché. Ces ventes de la BCC, estimées à 246,7 millions USD en 2016, ont permis de retirer du flux économique plus de 250,00 milliards de CDF, contribuant ainsi à l’atténuation de la pression sur le taux de change.

Les réserves de change se sont contractées à 861, 61 millions à fin novembre 2016, représentant 3,84 semaines d’importations des biens et services sur les ressources propres.

S’agissant du marché monétaire, le CPM, indique que le volume mensuel des opérations à l’interbancaire s’est chiffré à 233,5 milliards CDF à fin novembre 2016, dénoué au taux moyen pondéré de 5,83%, portant le cumul annuel à 1.078,39 milliards CDF. L’encours global des bons BCC s’est situé à 16, 0 milliards de CDF en raison du désengagement de banques sur la maturité longue.

S’agissant du rythme des prix intérieurs, il s’est fortement accéléré. L’inflation et glissement annuel s’est situé à 6,9% novembre 2016, en dépassement de 2,7 points de pourcentage par rapport à la cible annuelle de 4,2%.

De même, les pressions sur les deux comportements du marché des changes demeurent vives avec des dépréciations mensuelles de 4,7% à l’indicatif et3,3 au parallèle, les taux s’étant fixés respectivement à 1.175,91 CDF et à 1.245,67 CDF le dollar US.

Cette accélération de la dépréciation du Franc congolais est la résultants des injections des liquidités occasionnées par le déficit cumulé de l’Etat de 341,7 milliards de CDF, en dépit de l’échéance fiscale du mois de novembre relative au paiement du deuxième acompte provisionnel de l’impôt sur bénéfice et profil.

Le CPM pour une politique restrictive

Selon la source, le CPM encourage le gouvernement à mettre en place une politique budgétaire restrictive tout en mobilisant davantage des ressources tant interne qu’externe et à poursuivre avec la mise en œuvre des réformes en vue d’accroître la production intérieure et engager ainsi le processus de diversification de l’économie nationale.

Cependant, le comité de politique monétaire a décidé de poursuivre avec une politique monétaire prudente et proactive en maintenant inchangé le dispositif actuel de ses instruments. Le taux directeur demeure à 7%, les coefficients de la réserve obligatoire sur les dépôts en devises à vue et à terme restent respectivement à 13 % et 12 %.

rtnc

Laissez un commentaire

Close