13 août 2020

Le Président de la République, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo, a exigé , dans sa communication vendredi,  aux membres du gouvernement, réunis en conseil des ministres, des enquêtes rapides sur la mort du Général major  Delphin Kahimbi, chef d’état-major adjoint des Forces armées de la RDC (FARDC) chargé du Renseignement militaire, afin de déterminer les circonstances exactes de sa disparition.

Le ministre de la Communication et médias et porte-parole du gouvernement,  David-Jolino Diwampovesa-Makelele Ma-Mu Zingi, qui l’a indiqué dans son compte-rendu, a fait savoir que le Chef de l’Etat a exprimé  sa peine pour la disparition brusque de ce grand officier des FARDC, avant de présenter ses condoléances à sa famille et aux FARDC.

Selon un communiqué de l’état-major général des FARDC, publié à l’issue d’une réunion tenue vendredi, sous la direction du Chef d’état-major général, le Général d’armée, Célestin Mbala, le Général  major Kahimbi a été trouvé mort  dans  son domicile, à Kinshasa.

Mission d’évaluation du FMI

Dans sa communication, le Président Félix Tshisekedi a également, parlé de la mission d’évaluation de la délégation du Fonds Monétaire International (FMI) à Kinshasa, de l’évolution des enquêtes sur l’exécution des travaux des 100 jours et de la situation de la grève des magistrats et dans l’Enseignement Supérieur et Universitaire (ESU).

Tout en saluant  les efforts fournis par le gouvernement pour remplir les critères du FMI dans le cadre du programme de référence conclu avec celui-ci, le Président de la République  a  insisté sur la poursuite de  ces efforts  au regard de la situation difficile enregistrée aux mois de janvier et février 2020 en termes de mobilisation des recettes.

« Tous ces efforts doivent être fournis pour que la prochaine évaluation du FMI soit concluante », a-t-il recommandé.

Menaces et des manipulations  de certains magistrats

A propos de l’évolution des enquêtes sur l’exécution des travaux des 100 jours, le Président de la République a rappelé au gouvernement l’exigence du respect de l’acte d’engagement qui a été signé par les prestataires pour terminer les ouvrages en construction dans le cadre du programme des 100 jours au 31 mai 2020.

Pour ce faire, il a instruit le Premier ministre de veiller à ce que le plan de décaissement arrêté soit scrupuleusement respecté.

Le Chef de l’Etat a, à cette même occasion,  insisté  pour que les enquêtes judiciaires se déroulent dans le strict respect de la Constitution  et des lois de la République. Il a, en effet déploré que certains magistrats en charge des dossiers soient l’objet de menaces et des manipulations et que certaines personnes interpelées soient victimes de mauvais traitement dans l’unique but d’extorquer des aveux. Pour le Chef de l’Etat, on doit laisser les magistrats faire leur travail en toute indépendance, sans injonction et en veillant à ce que le principe de présomption d’innocence et le respect de droit de la défense soient garantis.

S’agissant de la grève des magistrats et dans l’Enseignement Supérieur et Universitaire, le Président de la République a salué l’acte patriotique des magistrats qui ont suspendu la grève pour ouvrir la voie aux négociations avec le gouvernement. Il a souhaité que les mêmes dispositions animent les professeurs de l’Enseignement Supérieur et Universitaire de l’Université de Kinshasa (UNIKIN)  en particulier pour le retour à la normalité dans ce secteur. ACP

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *